Articles Blog

La photographie culinaire :

Ces dernières semaines, vous avez été nombreux à me demander comment j’avais appris à faire mes photographies, quel matériel j’utilise etc… J’ai donc décidé de rédiger un article dédié à cette nouvelle passion !

Avant de commencer, je tient à faire un petit disclaimer : Cet article n’a pas la prétention d’être un grand article sur la photographie culinaire, je ne m’estime absolument pas légitime à vous apprendre quoi que ce soit en photographie culinaire, ne me considérant absolument pas moi-même comme une très bon photographe culinaire ! 

Il a plutôt pour objet de vous présenter mon approche, et de vous parler un peu de mon évolution ! 

Le matériel

Pour moi, l’un des éléments les plus importants en photographie culinaire (ou pour d’autre type de photographie d’ailleurs), c’est le matériel. Pour autant, il n’est pas nécessaire, à mon sens, de dépenser des milles et des cents dans du matériel si l’on souhaite débuter en photographie culinaire (bien que, si vous commencez à vraiment vous prendre au jeu, vous aurez sans doute envie, voir besoin, de monter petit à petit en gamme pour voir votre travail progresser !).

J’ai commencé la photographie culinaire il y a environ 6mois. Je shootais avec le canon 400D que j’avais piqué à ma maman, avant d’investir dans mon propre boîtier ! 

Désormais, je réalise toutes mes photos à l’aide d’un canon 800D, qui est pour moi d’un excellent rapport qualité-prix, pour débuter et progresser dans cette discipline ! 

J’utilise comme objectif une focale fixe, le 50mm. 1.8 de chez canon également. C’est un objectif qui me permet de réaliser de jolis flous en arrière plan pour mettre en lumière le sujet principal, c’est vraiment pour moi un must-have, avec un prix défiant toute concurrence ! 

En plus de l’appareil photo et de l’objectif, je pense qu’il est indispensable d’investir dans un trépied ! 

Il vous permettra d’avoir une stabilité sans faille, et d’apporter des modifications sur votre scène en cours de shooting sans avoir à changer d’angle de prise de vue, ce qui est vraiment pratique en photographie culinaire ! 

J’ai longtemps utilisé un trépied basique, de la marque Vanguard, que j’avais payé une 40aine d’euros il y a quelques années. Il me convenait très bien, mais j’ai fini par me heurter à une difficulté principale : l’incapacité de faire des photos en Top View (ceux qui me suivent sur Instagram se souviendront peut-être de mes superbes inventions pour tenter de shooter en flatlay, avec le trépied posé à l’horizontale sur une chaise, elle même posée sur une table, le tout tenant par l’opération du saint esprit !). J’ai décidé d’opter pour un nouveau trépied disposant d’un bras desaxé permettant les top views sans avoir à risquer la vie de son appareil photo ! Il s’agit d’un trépied de la marque K&F Concept, que vous pouvez retrouver ici. Il est d’un excellent rapport qualité-prix, et permet vraiment de nombreuses prises de vue. 

Une fois le matériel « de base » ( selon moi, pour autant, certains réalisent de sublimes photos uniquement grâce à un smartphone par exemple !) passé en revu, je vais maintenant m’attarder un peu sur le matériel annexe mais qui fait toute la différence !

Tout d’abord, j’ai rapidement acheté un set de réflecteurs (j’utilise ceux-ci) et diffuseurs, pour réussir (ou du moins, tenter !) à gérer au mieux la lumière et les ombres sur mes photos ! 

Petit espace et budget serrés obligent, j’ai également du fait-maison, vous pouvez très bien utiliser des panneau blancs (j’utilise du polystyrène, qui fonctionne parfaitement) en guise de réflecteurs, et des tissus en guise de diffuseur afin d’atténuer la lumière qui pourrait être trop forte. 

J’ai également récemment investi dans des lumière artificielles. J’ai opté pour celles-ci, ne souhaitant pas pour l’heure investir dans une gamme trop chère, étant donné que je préfère utiliser la lumière naturelle (mais l’hiver, c’est beaucoup plus compliqué, donc une lumière d’appoint aide quand même pas mal je vous l’accorde). 

La lumière est pour moi ce qui me pose le plus de problèmes sur mes photos, j’ai encore beaucoup de mal à gérer la lumière et avoir le rendu que je souhaite. La lumière artificielle est plus compliquée à travailler que la lumière naturelle, et la situation et disposition de mon appartement ne me permets pas toujours d’avoir une lumière naturelle optimale, mais j’y travaille ! 

Enfin, l’un des accessoires qui m’est devenu indispensable pour mes photographies culinaires, ce sont mes fonds photo. 

Tous mes fonds proviennent de chez Pastryandtravel, que je recommande à 100%. 

Ils sont fabriqués en France, avec de l’encre éco-responsable, dans une matière souple et totalement mate pour éviter les reflets (et en plus, ils sont fabriqués par une jeune entrepreneuse française, alors c’est encore mieux !)

Personnellement, je ne peux plus me passer de mes fonds. Ils me permettent de créer une réelle ambiance, de donner une valeur-ajoutée à mes photos, et c’est vraiment l’accessoire qui permet de passer d’une simple photo de plat, à une photo qui raconte une histoire.
J’utilise essentiellement des fonds effet bois, c’est ceux que je préfère car ils permettent d’obtenir une ambiance beaucoup plus rustique, familiale et chaleureuse, ce vers quoi je tend pour mes shootings. 

Les fonds photos sont d’une praticité incroyable, vous pouvez passer d’une ambiance à une autre totalement différente, avec le même plat et les mêmes accessoires, uniquement en changeant de fonds, et c’est une source de création incroyable à mes yeux ! 

On m’a également souvent demandé quels fonds j’utilise et leurs tailles. Personnellement comme je le dis plus haut, ce que je préfère utiliser ce sont les effets bois. Mes préférés (et ceux que vous retrouvez sur la plupart de mes photos) chez Justine sont le fonds « Automne », « Bois vintage » et « Caramel macchiato » ! J’utilise également souvent des fonds en guise de « mur » pour les prise de vues de face, et j’utilise essentiellement les fonds « Grunge », « normandie » et « light grey ». Pour les tailles, j’utilise la majorité du temps des fonds en 90×60, car j’aime avoir suffisamment de place sur ma scène pour travailler la mise en scène et pouvoir mettre plusieurs éléments sans être limité dans l’espace. 

J’ai également réalisé quelques fonds faits-mains, à l’aide de contreplaqué, un peu d’enduit de rebouchage et de peinture. Vous pouvez d’ailleurs retrouver un chouette tuto sur le compte de @savourelavie en story à la une ! 

Le prochain achat sera probablement un fond en vrai bois, mais c’est quelque chose d’assez onéreux, et provient généralement d’un autre pays (Italie, Russie.. Bonjour l’empreinte écologique !) donc je me laisse encore un peu de temps avant d’investir ! 

Apprendre les bases

Une des questions qui revient fréquemment à propos de mon évolution en photographie culinaire est celle de savoir comment j’ai appris les bases.

La photographie culinaire est assez codifiée (mais c’est pour mieux transgresser les règles !) : la règle des tiers, les couleurs, la lumière, la composition et le stylisme…

Je suis encore aujourd’hui en plein apprentissage, et je pense que ça me prendra encore un bon moment avant d’acquérir suffisamment d’expérience pour faire de jolies photos ! 

Pour m’aider à y voir plus clair, j’ai utilisé 3 outils que je peux vous recommander si vous souhaitez découvrir ou vous améliorer en photographie culinaire !

Tout d’abord, il y a les E-books : j’ai énormément apprécié les E-books de Pastryandtravel (ici) et celui de Lesrecettesdemelanie (ici), qui m’ont permis de m’intéresser plus amplement aux bases de la photographie culinaire, avec de superbes explications et conseils pour les mises en scènes, la composition et le stylisme, etc… Je m’en sers encore aujourd’hui très régulièrement lors de mes shootings, ou quand je suis en manque d’inspiration pour la composition d’une photo ! 

J’ai également suivi une formation en ligne accessible sur le site Empara.fr, sur la photographie culinaire, présentée par Sandrine Saadi, de Fraise-basilic.com. C’est une formation vraiment complète qui traite de tout les sujets de la photographie culinaire, que je recommande beaucoup également !
Sur ce même site, vous pouvez d’ailleurs trouver une formation sur le logiciel Lightroom, que je vais suivre très prochainement !

Trouver son identité

Enfin, le plus important à mon sens, si l’on veut faire de belles photos, il faut faire des photos qui nous plaisent à nous avant-tout. Pour ce faire, il va falloir engager un long processus afin de trouver son identité. C’est long, parfois frustrant, mais je pense que c’est absolument essentiel. 

Pour cela, rien de mieux que les essayages, les expérimentations, sortir de sa zone de confort peut parfois se révéler être une source d’inspiration incroyable ! 


Je suis encore au stade ou je cherche mon identité, et cela va prendre encore un petit moment je pense.
Je sais vers quoi je tend, à savoir des photos chaleureuses, avec une ambiance assez rustique, vintage, etc… C’est vraiment le type de photo que moi je préfère, et vers lequel j’aimerais me diriger petit à petit.
On en est encore loin, mais c’est mon objectif pour cette année 2021 ! 

Pour coller au mieux à ces envies, en plus de réussir à maîtriser la photo, il faut également réussir à créer une ambiance, à raconter une histoire : c’est ce que je préfère dans la photographie culinaire.
La capacité de faire voyager, de raconter quelque chose, par le biais d’une simple image, est quelque chose qui me fascine, et dont j’aimerais m’approcher petit à petit !

Pour cela, encore une fois, je trouve essentiel d’utiliser des accessoires, du matériel, qui permettent de rentrer immédiatement dans la scène et dans l’ambiance désirée ! Toute la magie des fonds photo opère ici encore une fois, mais également tout les accessoires qui vont habiller la scène (c’est ce que l’on appelle les « props ») : vaisselle, linge de table, décoration, fleurs, etc…

Dans mes photos, on retrouve souvent un petit côté végétal avec des plantes, des fleurs, des feuilles… C’est quelque chose que j’aime intégrer dans mes scènes ! 

J’utilise également souvent des serviettes / torchons, généralement en lin, ainsi que des éléments de décoration permettant de rendre une certaine ambiance (des vieux livres, des vieilles partitions de musique, etc… pour une ambiance vintage, de la belle vaisselle pour quelque chose de plus épuré et chic, etc…). 

Vous pouvez trouver ces props un peu partout, il ne faut pas hésiter à fouiller dans les magasin, les brocantes et vide-grenier, etc… Personnellement, la plupart de mes props viennent de différentes boutiques ((Sostrene grene, H&M home, Zara home, quelques pièces de céramistes, Degrenne, Revol, Emmaüs, Etsy…), mais j’essaie de tendre de plus en plus sur des pièces chinées ici et là pour me permettre de créer l’ambiance rustique que je souhaite atteindre pour mes photos. 

Je vais essayer d’épurer un peu mes photos, j’ai l’habitude de faire des mises en scène assez chargées, avec plusieurs plans, et beaucoup d’éléments, ce qui peut faire un peu fouillis par moment, et finalement on perd de vue le sujet principal .. Bref, il va falloir canaliser les pulsions du “et si je mettais des miettes ici, et une serviette la, et puis un vas la-bas, tiens et une deuxième assiette par ici et un livre par là”)

Les inspirations

Pour terminer, je vous dirait que si le plus important est de trouver sa propre identité, il ne faut pas hésiter à trouver des sources d’inspirations chez d’autres photographes culinaires ! Nous avons la chance de pouvoir découvrir des talents du monde entier grâce aux réseaux, et découvrir et partager leur travail est quelque chose d’incroyable et de tellement motivant ! 

Il y en aurait beaucoup trop pour tous les citer, mais voici une petite liste de comptes parmi mes sources d’inspiration, que je vous invite à découvrir si ce n’est pas déjà fait !

@pastryandtravel

@madeinclems

@coralie.jean_elie

@lesrecettesdemelanie

@extraforavocado

@dania.lhkm6

@anne_delsocorro_foodstyle

@plus_une_miette

@spicygelato

@hinalys

@twiggstudios

@adopte_un_gateau

@thelittleplantation

Et pour terminer, je vous conseille également un chouette podcast, à écouter sans modération pour tous les amoureux de photographie culinaire (ou pas d’ailleurs !), le podcast de Madeinclems : DevenirPhotographeCulinaire . Il regorge de conseils, de sources de motivation et d’inspiration, avec des invité.e.s bourré.e.s de talents !

J’espère que cet article vous aura intéressé, qu’il aura peut-être répondu à certaines de vos interrogations, et n’hésitez-pas à me faire part de vos retours ou à me poser des questions, je me ferais un plaisir de vous répondre !

A bientôt !

4 commentaires

  1. Quelle belle évolution! Merci beaucoup pour le partage 🙂

    1. Merci à toi pour tout les précieux conseils !

  2. ORTOLF7 a dit :

    Thank you!!1

  3. Agnes a dit :

    C’est très intéressant et ça donne envie de s’y mettre ! Merci pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *